jeudi 15 octobre 2020

1.L'Eglise, une multinationale chahutée

 Nous commençons aujourd'hui une série d'articles sur l'Eglise

1.              En fait, l’Eglise, ça n’intéresse pas trop, du moins en France. Tout juste si l’on hausse les sourcils quand il y a une affaire de pédophilie, ou quand l’Eglise n’apparaît que comme qu’une caste de clercs plutôt pharisiens. Non, j’exagère ! Disons qu’une certaine image de l’Eglise, fausse mais réelle, continue à courir les chaumières. On la considère comme une sorte de multinationale, un peu ringarde, brandissant des interdits, mais à côté de la « vraie vie ».

            Ou d’autres rêvent. Ils rêvent de l’Eglise comme d’un chœur d’anges tout tout près du Bon Dieu. Et les voilà bien marris, voire scandalisés, quand ils s’aperçoivent que l’Eglise est faite d’hommes et de femmes plus ou moins gentils, plus ou moins boiteux. Alors ils se contentent de l’éternel : « Les chrétiens ? Pfff, pas meilleurs que les autres ! » Et ça leur sert d’alibi pour oublier leur baptême.

            Alors ? Alors nous sommes comme ces prospecteurs d’opale en Australie dont on nous parle à longueur de télé. Ils grattent la terre rouge pour dégotter des merveilles !... Peut-être découvrirons-nous qu’il y a des trésors dans l’Eglise, mais – comme dit St Paul – ce trésor est dans des vases d’argile, ou dans des porcelaines chinoises. Ce trésor est tenu par des gens pas plus forts que les autres, mais tous enfants de Dieu et menés par une Force qui les tient debout : l’Esprit de Dieu.

       On ne peut pas tout dire, ce serait trop long
. Sortons cependant des clichés d’une Eglise pleine d’évêques gourmés, de curés prêcheurs et de chrétiens dociles comme des moutons … Cela peut faire hausser les épaules de « ceux du dehors », ça peut les faire rire ! Mais demandons aux plus lucides, à ceux qui cherchent un sens à leur vie, de bien vouloir s’arrêter un moment et de regarder.

            Regarder l’Eglise… Parfois tu es emballé par un  pélé à Lourdes, ou par une belle homélie. Et par moments tu râles ; ou tu es déçu. Alors, avec Sylvie Robert, tu découvriras que l’Eglise, c’est Jésus incarné qui continue. Le Christ continue à vivre dans des tordus, des pendards qui cherchent à vivre les Béatitudes.  Jésus « fait avec », comme on dit chez nous.

            Et l’Eglise se construit en marchant. Le pape François, qui n’est jamais en mal de paroles robustes, précise : « Dans l’Eglise, on retrousse ses manches, on est actifs. L’Eglise est à faire, et pas seulement à regarder de l’extérieur pour la critiquer ou la railler. »

            Comprendre cela, c’est déjà travailler à la santé de l’Eglise.