lundi 30 juillet 2012

père, gardez-vous à droite, père gardez-vous à gauche!

Comme à la bataille de Crécy, les chrétiens sont assiégés! C'est du moins l'impression que l'on a quand on sort de cette charmante petite église d'Evenos, dans l'arrière-pays toulonnais.
L'églie est belle. Mais au fond, on trouve des liasses de papiers mis obligeamment à la disposition des visiteurs. Et le visiteur que j'étais en est sorti sidéré.
On a beau savoir que certains se sont spécialisés dans le rétro-pédalage, là ça dépasse tout! On trouve, pêle-mêle:
  • un "Gare aux franc-mlaçons" de l'évêque de Toulon
  • "l'enfer est-il vide?"
  • "Malfaiteurs de l'humanité", contre Simone Weil, "mère de l'IVG"
  • un "Journal des patriotes catholiques"
  • une "Dérive vers la christianophobie"
  • le devoit de refuser la communion aux divorcés-remariés
  • sur l'incinération etc.... Au secours, l'Eglise est assiégée! Le monde l'attaque! Et s'il n'y avait que le monde! Mais - nous dit-on - le ver est dans le fruit, le cheval de Troie est dans la place. Et de dénoncer le relativisme, la liturgie au rabais,les laïcs qui usurpent la place du prêtre etc...
Il ne faut pas dire que toute cette prose est radicalement fausse. C'est vrai: il y a des gens qui n'aiment pas l'Eglise (est-ce un péché?), on trouve des musulmans fanatiques et des franc-maçons vilains et conspirateurs. Là-dedans, il y a bien une part de vérité. Mais justement, cette vérité est tronquée, et donc fausse. On retrouve là tout le génie du bourrage de crâne, naguère cher aux totalitarismes. On veut nous faire croire que ce monde où nous sommes est complétement pourri, qu'il est bourré de méchants prêts à découper les chrétiens en rondelles. Et pour ce faire, on déploie toute une panoplie de semi-vérités, de quasi-mensonges et d'infra-accusations. Et de vouer aux gémonies, pêle-mêle, Simone Weil bien sûr, mais aussi Henri Tincq, Jacques Duquesne et d'autres.

On retrouve cet esprit simplifacteur dans cette affiche sur la Nouvelle Evangélisation qui a circulé dans le diocèse d'Avignon: on y voit un petit groupe de chrétiens inondés du St Esprit, qui affronte un monde sombre: sexe, déchets, guerres, drogue etc... Comme si "le monde" n'était que cela, comme si l'Esprit n'y travaillait plus et s'était réfugié dans l'Eglise, comme les boat-people.

Comme dit Mgr Dagens, réveillons-nous! Ne restons pas dans la logique des salafistes et autres suppôts d'Al Qaida; car c'est bien de cela dont il s'agit ici.

Le Concile Vatican 2 nous avait habitués à une vision bien plus évangélique des rapports Eglise-Monde, et à une vision bien plus lumineuse et optimiste de l'Homme. Pourquoi voudrions-nous, obstinément, revenir au temps de l'Inquisition et des autodafés?

Aucun commentaire: